L’astrologue est-il un devin ?

L’astrologue est-il un devin ?

A l’origine des prédictions, les Anciens ne connaissaient pas les coordonnées précises de leur naissance. Les Oracles étaient ainsi consultés pour une question dans un domaine précis. Lorsque le devin était investi de la question, il étudiait les configurations astrales. Alors, il pouvait répondre à la question du consultant. C’est ce que l’on nomme le thème horaire ou Prasna en sanskrit.

Pour les Etrusques, ils délimitaient un espace dans le ciel. Cet espace était symbolique. Il était la frontière entre le monde profane et sacré. Quand un événement se déroulait dans cet enclos fictif, il était porteur de sens. C’est ce qui a donné le mot Templum, le temple

Les Anciens décidèrent peu à peu de bâtir des enceintes pour délimiter l’espace sacré de manière permanente. Ce sont les temples que nous connaissons aujourd’hui. 

De la même manière, les Indiens traçaient un espace carré sur le sol. Tout ce qui entrait dans ce carré était significatif. C’est l’ancêtre du thème astral que l’on connaît aujourd’hui.

Le consultant faisait souvent de longs voyages pour poser une simple question au mage. Celui-ci, après s’être investi de la question, selon ses méthodes et l’époque dans laquelle on se situe, étudiait les significations célestes mais également internes. C’est en étant attentif à son propre souffle au moment de la question, à la météo, aux astres errants … que le devin pouvait prédire.  

« 52. La Lune sous la forme féminine de l’Energie (Shakti) contrôle les influx du côté gauche. Le Soleil sous la forme mâle de Shambhu (Shiva) contrôle les influx du côté droit » Shiva Svarodaya, Traduction Alain Daniélou

Je m’inspire de cette technique traditionnelle pour répondre avec précision à une demande. Bien sûr, je m’appuie sur l’astrologie horaire avant tout. Les influences du Shiva Svarodaya valident simplement mon interprétation.

Les réponses les plus fréquentes d’un thème horaire sont simples et efficaces : oui, non, quand aura lieu l’événement s’il a réellement lieu. .

L’es configurations célestes, à l’instant où le mage est investi de la question, déterminent si le ciel est favorable ou non. 

Cette technique a traversé les âges et perdure encore de nos jours, surtout en Inde. L’astrologie occidentale réellement traditionnelle utilise sa propre astrologie horaire, tout aussi efficace.

L’astrologie à la mode dans les années 80, celle dite populaire, « karmique » et « psychique » n’étudie pas la divination. Elle se sert de tout un tas d’astres pour interpréter un thème. L’astrologie moderne se perd ainsi dans des tonnes d’informations, ce qui, généralement, lui fait perdre en efficacité et en crédibilité.

Dans l’approche traditionnelle indienne, l’astrologue n’utilise que sept planètes, les deux nœuds lunaires et les 12 maisons. Et c’est tout. Une flûte indienne ne contient que sept notes, il existe pourtant de grands flûtistes. La différence entre Victor Hugo et un enfant qui apprend à écrire ne réside pas dans le nombre de lettres de l’alphabet, mais dans leur propre utilisation et compréhension.

Le thème astral est un langage que l’astrologue cherche à déchiffrer, à comprendre et à partager.

L’astrologie, dans ma vision influencée de la Tradition, est avant tout prédictive. Bien évidemment, le thème de naissance sera dressé et nous verrons les différentes forces et faiblesses du consultant, ses tendances, sa personnalité et les moments où ses forces et faiblesses se manifesteront dans son existence.

Mercure a toujours été la planète des astrologues. Mercure (Hermès) est le messager des dieux dans la tradition grecque. Qu’importe ses conceptions personnelles du divin, l’astrologue doit recréer ce lien avec le ciel. C’est par lui que le langage du ciel sera interprété. Comme chaque interprétation est subjective (en ce sens, l’astrologie est un art et non une science), il est nécessaire que l’astrologue ait une pratique spirituelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *